Journée Swissmem 2019 :: Swissmem formation professionnelle - Engagée pour la relève

Journée Swissmem 2019 : pour la formation professionnelle, la numérisation est une bonne chose

Quels sont les risques et les opportunités de la numérisation pour la formation professionnelle ? Voici la question à laquelle les participants à la Journée Swissmem 2019 ont tenté de trouver une réponse. Le séminaire a montré que les formateurs professionnels sont favorables aux développements technologiques. De nouveaux outils confèrent à la formation professionnelle une valeur ajoutée variée. Il faut cependant les employer judicieusement. 

 

La numérisation est un sujet qui n'est pas seulement établie à la Silcon Valley et dans les grandes agglomérations. Elle représente désormais un sujet du quotidien largement discuté également dans les régions périphériques. Près de 200 personnes se sont rencontrées fin janvier dans le village touristique de Champéry pour discuter la gamme complète de la numérisation dans la formation professionnelle.

Les premiers échanges au début du séminaire, organisé au centre « Palladium », ont montré que le monde de la formation professionnelle est favorable à la numérisation. Pour plus de 85% des personnes recensées, les opportunités prévalent sur les risques. Christophe Darbellay, conseiller aux États valaisan, partage cet avis. Dans son allocution d’ouverture, le ministre de l’économie et de l’éducation a dès le début réfuté le préjugé que le canton montagnard vit uniquement du tourisme. Que nenni ! L’industrie contribue le plus à la valeur ajoutée et le canton entreprend beaucoup pour rester au top à tous les niveaux de la formation.

Le conseiller d'État Christophe Darbellay en discussion avec un participant

Les cantons et les entreprises coopèrent

 

Selon Christophe Darbellay, la numérisation exige beaucoup, tant de l’économie que de l’état. Il plaide en faveur d’un « Public-Private-Partnership » là où cela est raisonnable et met en exergue l’engagement du canton à l’aide de plusieurs exemples. Les enseignants ont par exemple déjà été formés au niveau pédagogique dans le secteur de la robotique, le canton a assumé davantage de responsabilités pour les centres de formation professionnelle et dans le domaine des hautes écoles, les compétences existantes au niveau de l’intelligence artificielle ont été complétées par de nouvelles offres du secteur Data Science. La numérisation n’enlève rien au fait que dans le domaine de la formation l’homme reste maître.

Dans son exposé, Sébastien Fanti s’est penché sur les limites et les conflits potentiels entre l’homme et la machine. Le préposé à la protection des données du canton du Valais et avocat expert en matière de nouvelles technologies, a expliqué à l’aide de différents champs technologiques qu’une confiance aveugle dans les capacités de l’intelligence artificielle n'est pas sans dangers. Même s’il était possible à l’aide d’analyses de données détaillées, par exemple dans le contexte juridique ou médical, de donner des réponses automatisées à des questions complexes, ce sera finalement toujours à l’homme de justifier les décisions prises.

Au cours de la table ronde finale, Sébastien Fanti s'est prononcé pour le fait de toujours avoir le courage de faire confiance à sa propre intelligence et à son propre jugement. Le conseiller aux États, Christophe Darbellay, souhaite pour sa part que malgré une saisie pratiquement totale des données, des espaces individuels et privés soient maintenus.

Tester et rassembler des expériences

Les trois ateliers proposés, et en grande partie présentés par des apprentis et des étudiants, ont permis de découvrir des rapports d’expériences de la pratique. Les thèmes suivants étaient parfaitement à l’image des possibilités de la numérisation dans la formation professionnelle.

A : Collaboration dans le cadre d'un projet interdisciplinaire
    École professionnelle technique des métiers, Sion
   
Présentation

B: L’utilisation des smartphones au travail
    Entreprise Constellium SA

    Présentation

C : L'humain face au numérique. Quelles compétences clés ?  
     HES-SO Valais    
    
Présentation

Réformes envisagées 

 

Que signifie le changement technologique pour la formation professionnelle ? Sonja Studer, cheffe Formation Swissmem, a parlé des développements et des objectifs stratégiques dans le domaine de la formation professionnelle de manière générale et spécifiquement liés aux branches. Olivier Habegger, responsable de la formation professionnelle en Suisse romande, a expliqué en détail les explications faites par Sonja Studer. Son exposé s’est concentré sur les révisions envisagées dans les métiers techniques ainsi que sur la révision en cours dans le domaine des employé/es de commerce, y compris un résumé et une perspective des WorldSkills.

Laisser de l’espace aux rêves — du polymécanicien au « Jetman »

 

Yves Rossy a présenté de manière impressionnante jusqu’où un apprentissage technique peut mener et de quelle manière le savoir de base acquis peut nous accompagner de façon productive toute la vie. Petit garçon, il adorait mettre en pratique ses idées, était passionné par l’aviation et avait suffisamment de passion et d’endurance pour tester et développer sans cesse. Finalement, ceci l’a incité à faire un apprentissage de polymécanicien, à devenir pilote d’avions militaires et de ligne, parapentiste et parachutiste et finalement « Jetman ».

 

Au cours des dernières années, Yves Rossy a révolutionné le vol. Les ailes, qu’il équipe de fusées, lui ont permis de réaliser un rêve de l’humanité. Contrairement à un parachutiste, il arrive ainsi à défier la force de gravité. Pour lui, le fait de voler se ressent non pas comme un vol de ligne régulier, mais davantage comme le vol d’un oiseau.

 

Le développement des techniques aéronautiques ne sont pas encore épuisées. Malgré de nombreux obstacles, revers et détours, Yves Rossy a préservé sa passion de jeunesse pour le vol même à 60 ans. Son exemple a montré de façon impressionnante aux personnes présentes ce qui est possible si l’on reste ouvert à l’égard des nouvelles technologies et en exploitant avec beaucoup de détermination les possibilités qu’elles nous offrent.

Yves Rossy s’entretient avec des participants

Perspectives

 

La prochaine Journée Swissmem aura lieu le 31.01.2020 dans le canton de Vaud. Le programme détaillé sera présenté en automne 2019.

 

 

Présentations des animateurs