Journée Swissmem 2017 :: Swissmem formation professionnelle - Engagée pour la relève

Journée Swissmem 2017: Industrie 4.0 et les conséquences pour la formation professionnelle ?

 

 

Dans les années à venir, la numérisation va toujours plus changer notre monde du travail. Mais quelles sont les conséquences d’Industrie 4.0 pour la formation professionnelle? La Journée Swissmem de fin janvier a tenté de trouver des réponses à cette question. La Microcity à Neuchâtel a offert un cadre inspirant pour jeter un œil vers l’avenir.

Un proverbe chinois dit: «Quand le vent du changement souffle, les uns bâtissent un mur, les autres des moulins à vent». La Journée Swissmem a montré de quel côté du mur l’industrie se trouve. Aussi bien Arthur Glättli, chef de Swissmem Formation professionnelle, que Monika Maire-Hefti, cheffe du Département de l'éducation et de la famille du canton de Neuchâtel, ont souligné dans leurs discours d’ouverture que le changement numérique offre des opportunités bienvenues à la Suisse. Cela ne signifie pas que nous devrions faire table rase du niveau de qualité atteint depuis des années et qui distingue notre place industrielle. Il est plus important de le préserver et de l’augmenter à l’aide de nouvelles idées et de nouveaux concepts.

Monika Maire-Hefti
Christophe Bugnon
Arthur Glättli
 

La découverte de l’avenir numérique est toujours accompagnée d’incertitudes. Le comédien Christohpe Bugnon, notre invité qui a «fait le déplacement» depuis l’an 2047, a commenté la situation avec beaucoup d’humour et ses démonstrations ont suscité des éclats de rire tout au long de la journée. Elmar Mock, qui à l’époque avait contribué à l’invention de la Swatch et qui avec ses plus de 100 demandes de brevet peut être considéré comme un véritable inventeur de série, a donné une explication percutante.  

Pour commencer son exposé il nous a servi un plat de spaghettis. Au début de toutes innovations, des erreurs et le désordre sont programmés ce qui ressemble à une sorte de pelote de pâtes. Ce n’est qu’en cours de développement que des lignes claires se dessinent qui peuvent finalement mener à un produit de série et à sa commercialisation.

 

«Il faut sauter dans le vide et espérer que des ailes poussent.»

 

Pour Elmar Mock, l’attitude à adopter envers des nouveautés est tout aussi importante que les qualités professionnelles. Il déclare: «Il faut sauter dans le vide et espérer recevoir des ailes». Il a insisté sur le fait qu’il faut apprendre aux jeunes les procédés d’innovation en cours d'apprentissage et ne pas seulement se concentrer sur les aspects purement professionnels.  

 

Selon Elmar Mock, le succès d’une entreprise dépend finalement aussi d’un bon mixte. Outre un caractère d’explorateur, qui souvent apparaît dans un environnement interdisciplinaire, il faut aussi disposer des qualités indispensables à la réalisation et ne pas craindre les risques commerciaux correspondants.

 

Finalement, Elmar Mock déclare que «les idées doivent avoir des ailes». Pour cela, la Suisse offre des conditions idéales. Car pour leurs tentatives d’envol, les entreprises cherchent un terrain avec le moins de risques possibles. La Suisse s’est depuis toujours distinguée par de bonnes conditions-cadres économiques et un environnement politique stable. Il est important de préserver ces conditions.

Philippe Cordonier
 

Tout comme la table ronde qui a suivie, l’aperçu d’Industrie 4.0 présenté par Philippe Cordonier, responsable Swissmem Suisse Romande, a démontré de façon impressionnante la diversité du sujet. Felix Arrieta, CEO de Mikron SA, est persuadé que l’importance de la formation professionnelle restera la même malgré le changement technologique. Au contraire: dans son entreprise, elle fait partie de la stratégie et représente un facteur important de la compétitivité. Pierre Dillenbourg, professeur de Learning Technologies à l’EPFL, a mis en garde et déclaré qu’il ne fallait pas se limiter à des promesses vaines. Il faut commencer à enseigner et à appliquer les développements déjà au niveau de l’école primaire.

Pour Cédric Bassin, directeur du centre professionnel CPLN-ET et Philippe Grize, directeur de la haute école HEArc, le changement fait partie de la vie alors que Peter Dietrich, directeur de Swissmem, souhaite un esprit de pionnier. La Suisse a toujours réussi à trouver des innovations révolutionnaires. Il espère que ceci sera encore le cas à l'avenir.

 

Lors de la partie consacrée à Swissmem, Peter Dietrich a présenté les défis actuels et s'est penché sur les conditions-cadres, comme Elmar Mock précédemment. Selon Peter Dietrich, les entreprises ont besoin d’un environnement qui leur confère une sécurité de planification et encourage les investissements. C’est précisément ce qu’offre la réforme de l'imposition des entreprises III. Dans l’intérêt des entreprises, il plaide en faveur d’un OUI à l’initiative.

 

Olivier Habegger, responsable de la formation professionnelle en Suisse romande, s’est concentré dans sa présentation sur deux thèmes qui sont liés à la numérisation et qui par conséquent sont absolument d'actualité. Il a d’une part présenté le nouvel E-Book de Swissmem qui offre de toutes nouvelles formes d’études. D’autre part, il a présenté le projet GPS. Ce dernier modernise fondamentalement les normes ISO, ce qui entraînera des changements dans de nombreux domaines du travail.

 

Après l’allocution de bienvenue de Jean-Nat Karakash, chef du Département de l'économie du canton de Neuchâtel, l'après-midi fut consacré à des ateliers interactifs. Trois ateliers ont permis de se faire une idée sur les thèmes d'actualité dans la formation professionnelle.

 

A. A quoi ressembleront les formations des métiers MEM à l’avenir?

B.  Les Moocs sont-ils adéquats pour la formation professionnelle?

C.  Comment une entreprise aborde-t-elle le sujet Industrie 4.0?

     Présentation

 

Des présentations de deux laboratoires installés à Microcity ont mis un terme à la journée.

Microcity est un centre d’innovation important pour la Suisse et s'est révélé un endroit idéal pour les quelque 200 personnes du milieu de la formation professionnelle en quête de nouvelles inspirations et désireuses de profiter du nouveau vent qui souffle.

 

 

Vous pouvez télécharger ici les exposés de Journée Swissmem 2017.

Neuchâtel

(c) Alain Herzog EPFL

Contact

Olivier Habegger

Chef de projet et

Responsable Swissmem Formation professionnelle Romandie

 

T: +41 52 260 55 32

o.habeggeranti spam bot@swissmemanti spam bot.ch