Journée Swissmem 2016 :
La philosophie du sport sous l’angle de la formation professionnelle

« Sans sueur, pas de succès », dit la sagesse populaire. Ce qui est valable pour le sport l’est-il aussi pour la formation professionnelle ? Et y a-t-il des aspects que l’on peut tirer de cette simple formule ? La Journée Swissmem s’est consacrée cette année à la culture du sport. A Macolin, plus de 170 participants ont trouvé un environnement idéal pour tirer des parallèles entre ces deux mondes et trouver une nouvelle inspiration pour leur quotidien professionnel.

 

Les défis du monde de la formation professionnelle sont sportifs : l’évolution démographique aggrave la pénurie de main d’œuvre qualifiée, le franc surévalué pèse sur la compétitivité et des forces politiques visent à isoler encore davantage la Suisse.

 

Mais il y a des moyens pour aborder sportivement ces défis : l’engagement permanent pour la relève, l’adaptation de la formation professionnelle en fonction de l’avenir et la défense conséquente d’une Suisse ouverte sont des voies pour permettre à l’industrie MEM d’avoir des succès à l’avenir aussi.

 

Dans son allocution d’introduction Arthur Glättli, directeur de Swissmem Formation professionnelle, a donc aussi signalé les perspectives d’évolution positives de la formation professionnelle. Selon lui, la mutation numérique offre des chances. Le développement de moyens didactiques numériques fait par conséquent aussi partie des buts stratégiques principaux de Swissmem Formation professionnelle.

 

Peter Dietrich, directeur de Swissmem, a souligné dans son exposé qu’un engagement pour le maintien de conditions-cadres avantageuses est plus que jamais nécessaire. Des initiatives populaires telles que celle de la mise en œuvre ou l’attaque sur les accords bilatéraux minent la place industrielle suisse et doivent par conséquent être rejetées avec détermination. Il faut un esprit sportif et une attitude fondamentale constructive pour trouver de nouvelles voies.

 

Joie et engagement

Se détournant de la politique, Georges-André Carrel a porté son regard sur la formation sportive et le développement d’équipes. « L’homme est au centre », selon lui. Il a mis l’accent dès le début sur son point de vue le plus important et a entraîné ensuite ses hôtes à la découverte de sa riche expérience. En tant qu’ancien chef du domaine sport de l’Université de Lausanne et de l’EPFL, ainsi qu’entraîneur et formateur d’entraîneurs, sa perspective est très vaste.

 

Il fut rapidement clair que l’homme est une créature complexe. Il lui faut de l’équilibre, mais il se redécouvre cependant toujours à nouveau ; il a besoin d’une forte motivation interne mais peut aussi néanmoins être porté en même temps par une équipe ; il a besoin de discipline, mais devrait aussi retrouver toujours la joie de jouer.

 

Précisément dans les sports d’équipe – et la formation professionnelle en fait aussi partie – il faut d’un côté de la sueur, comme le dit le titre de la journée. Mais il faut aussi des éléments tels que la créativité, la vitalité, la spontanéité et l’inspiration pour finalement avoir du succès. Dans le cas idéal, il en découle un courant qui, selon les capacités des individus et le degré de difficulté des tâches proposées, peut se dérouler de façon très différente.

 

Le sportif entraîné connaît ce sentiment : ça marche, presque tout réussit. Mais chaque sportif connaît le sentiment contraire, celui de l’échec et de la défaite. C’est précisément dans de telles situations qu’il faut un coach qui s’occupe des sportifs et les remet sur les rails. Sur ce point, le formateur dans la formation professionnelle ne se distingue guère de l’entraîneur d’une équipe dans le sport.

 

Indépendamment du succès, le sport apporte aussi des choses fondamentales simples pour la vie selon Carrel. Ce que l’on peut définir dans un monde par esprit sportif et loyauté devient dans un autre monde la culture du travail et les valeurs de l’entreprise. Elles forment la base des succès futurs. Carrel a plaidé pour que dans des situations difficiles aussi on garde une attitude positive, on suive ses visions avec passion et discipline et que l’on l’ait toujours à l’œil la conscience de son prochain.

>> Présentation de Georges-André Carrel

 

Ateliers variés

Des échanges animés ont eu lieu dans les ateliers suivants.

 

Quatre genres de thèmes découlant du programme :

  • Atelier A.
    Recrutement analytique ou chance dans l’engagement des apprentis ?
  • Atelier B.
    Pourquoi si peu de femmes dans l’industrie ?
  • Atelier C.
    Les championnats des métiers. Utile ou inutile ?
  • Atelier D.
    Suivi et motivation des apprentis en difficultés

Les résultats des ateliers ont été repris dans le cadre d’une table ronde animée par Nathalie Randin, où il apparut déjà que les participants se sont inspirés à bien des endroits du monde du sport.

 

 

Thèmes actuels importants dans la formation professionnelle

Olivier Habegger, responsable formation professionnelle Romandie, s’est concentré dans ses explications sur trois priorités importantes du monde de la formation professionnelle actuel.

 

Il s’agit de :

  • Examen quinquennal des professions MEM
  • Projet « eBOOK »
  • Projet Sephir

On peut retrouver ses explications dans la présentation suivante.

>>Présentation de Olivier Habegger


Au centre du sport

Pascal Chatelain, chef International de l’Office fédéral du sport, entraîna pour terminer les visiteurs dans un voyage temporel et spatial à travers le Centre sportif national de Macolin. Ce qui a commencé autrefois comme un simple centre sportif où les jeunes Suisses étaient mis en forme pour le service militaire s’est développé au fil des années pour devenir un centre d’entraînement et de formation qui n’est pas seulement à la disposition des sportifs de pointe, mais qui s’adresse aussi aux associations de gymnastique locales.

 

A la fin de la tournée on put de plus jeter un bref coup d’œil dans l’unité d’entraînement de la championne européenne de gymnastique Giulia Steingruber et de ses collègues. Il n’est guère recommandé de les imiter. Mais tous les participants et participantes à la Journée Swissmem 2016 ont pu prendre avec eux dans leur vie professionnelle quotidienne un peu de l’esprit sportif quasiment à portée de main sur les hauteurs de Bienne. Les impulsions de Macolin ne s’arrêtent pas au sport, elles vont bien au-delà.

Vous pouvez télécharger ici les exposés de Journée Swissmem 2016.

Vendredi 29 janvier 2016, Macolin

Contact

Olivier Habegger

Chef de projet et

Responsable Swissmem Formation professionnelle Romandie

 

T: +41 52 260 55 32

o.habeggeranti spam bot@swissmemanti spam bot.ch